Inter Press Service News Agency
11:19 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend


La création d'emplois en milieu rural est la clé du développement et des objectifs en matière de sécurité alimentaire
Par Nteranya Sanginga

IBADAN, Nigeria , 18 novembre 2016 (IPS) - La récolte des bénéfices de la recherche agricole fondamentale, qui porte souvent sur l'amélioration des variétés végétales et des maladies des plantes, dépend de plus en plus des conditions sociales et économiques dans lesquelles ses graines sont plantées.

Nteranya Sanginga, directeur général de l'Institut international d'agriculture tropicale (IITA).

Kanayo F. Nwanze, président du Fonds international pour le développement agricole, qui a débuté comme entomologiste du manioc lorsque l'ITTA l'a envoyé au Congo dans les années 1970, a récemment été salué pour ses efforts pour créer des milliardaires africains.

Cela est arrivé lorsque des jeunes du programme Agripreneur de l'Institut international d'agriculture tropicale ont donné des épinglettes spéciales à Nwanze après son discours invité lors de notre coup d'envoi de célébration du cinquantième anniversaire.

Notre institut, IITA, a évolué avec le temps. J'ai été formé à l'écologie microbienne, et pourtant, si la recherche agronomique est très importante, ce sont des initiatives comme notre programme Jeunes Agripatrices qui soulignent que nous accordons de plus en plus d'attention à la nécessité de stimuler l'emploi des jeunes, en particulier en Afrique.

La création d'emplois décents, en particulier les possibilités d'emploi en milieu rural, constitue le défi essentiel de notre temps en Afrique. Il est le pivot de tout succès possible dans les nobles objectifs de la faim et de l'éradication de la pauvreté.

La raison la plus évidente est démographique: la population africaine devrait doubler à 2,5 milliards d'ici 2050. Beaucoup d'entre eux, peut-être la majorité, ne sont pas nés. Les possibilités de revenus et la nourriture saine et abordable connaîtront une demande sans précédent. La jeunesse d'aujourd'hui joue un rôle énorme dans la réalisation de cette possibilité.

Si les villes africaines devraient croître, cela dépendra même de la création d'emplois ruraux décents. L'agriculture n'est pas seulement appelée à augmenter la production alimentaire et la productivité, mais à créer des emplois et même à apporter les meilleurs et les plus brillants.

Les perspectives sont, en théorie, assez bonnes. Le monde se tourne de plus en plus vers l'agriculture durable, et la recherche montre que les systèmes agricoles diversifiés sont plus difficiles - expérimentalement, cognitivement et intellectuellement - qui amortit la corvée et stimule l'innovation pour la réduire.

Pourtant, le défi, comme le montre les projections démographiques, est formidable. La croissance d'environ 300 millions chaque décennie signifie que tous les secteurs ont besoin d'une poussée de développement géante et ciblée. Percevoir l'agriculture comme le secteur rural d'où l'on s'échappe va se retourner contre nous.

C'est l'une des raisons pour lesquelles l'administrateur de la recherche, l'entomologiste, Dr Nwanze, parle de la nécessité de favoriser les possibilités pour les jeunes.

Le programme IITA Jeunes Agripreneur a des objectifs ambitieux. Il s'est rapidement développé au Nigéria et d'autres pays africains.

Parallèlement, l'IITA a établi un partenariat avec le FIDA et la Banque africaine de développement pour le programme d’Habiliter les idées originales pour l’emploi des jeunes, intitulé ENABLE, agricole africain. L'objectif est de créer 8 millions d'emplois agroalimentaires dans les cinq ans pour les jeunes.

Comment la recherche de l'IITA peut-elle contribuer?

Prenons l’exemple de notre projet sur les technologies de gestion durable des mauvaises herbes pour les systèmes de manioc au Nigeria. Comme son nom l'indique, il est très orienté vers le travail agricole primaire. Mais il ne s'agit pas simplement d'avoir plus de manioc, mais d'avoir assez de manioc, et de l'avoir constamment, pour appuyer l'utilisation de cette denrée alimentaire africaine dans la farine.

À ce titre, il s'inscrit dans d'autres projets du FIDA visant à stimuler la chaîne de valeur de la farine de manioc dans la région. Une fois que les mauvaises herbes ont été triées, cette initiative est conçue pour exiger des gains importants dans la capacité de transformation des aliments.

Les chercheurs de l'IITA ont réussi à cuire du pain en utilisant 40% de manioc dans la farine de blé, donc le potentiel de cette initiative est très important. Remarquez qu'il suggère immédiatement un rôle pour les boulangers, les produits de confiserie et d'autres. Cela signifie plus d'emplois.

Cela se rapporte au temps de Dr. Nwanze en tant que chercheur sur le terrain de l'IITA, puisqu'il a été impliqué dans un effort réussi pour combattre et contrôler le bacille du manioc qui a sauvé le continent des millions de dollars.

L'un des grands défis pour les scientifiques aujourd'hui est de faire en sorte que la recherche contribue à la croissance. Les découvertes aboutissent souvent à des solutions aux problèmes des systèmes alimentaires et donc à soulager la faim et l'insécurité alimentaire et nutritionnelle. IITA l’a montré par le développement de deux nouveaux hybrides de maïs qui fournissent des niveaux plus élevés de vitamine A et d'améliorer la nutrition des enfants.

Mais nous pouvons aller plus loin, orienter ces découvertes vers de véritables moteurs de croissance.

Certes, cela nécessite des améliorations sur de nombreux fronts, tels que de meilleurs réseaux de transport de marchandises. Mais de tels investissements se payent eux-mêmes quand ils servent un but commun. Le besoin et le devoir de l'Afrique est de s'assurer que l'agriculture est prête à livrer les marchandises pour un tel décollage.

Tout cela, non seulement stimulera la productivité agricole de l'Afrique, qui est en retard, mais stimulera la productivité de la recherche elle-même, conduisant à des rendements plus élevés et, on espère, des emplois attrayants avec des revenus plus élevés et de meilleures installations. C'est important pour les futurs écologistes microbiens et les entomologistes du manioc!

Nteranya Sanginga est le directeur général de l'Institut international d'agriculture tropicale.

(FIN/2016)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>