Inter Press Service News Agency
15:34 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend


Les Communautés Rurales Florissantes Sont Une Recette Pour Des Villes Saines
Josefina Stubbs et David Lewis

SANTO DOMINGO,République Dominicaine et LONDRES, 17 novembre 2016 (IPS) - Alors que la poussière s'est installée sur Habitat III et le sommet de Quito, en Équateur, nous avons maintenant une vision claire et une route concrète pour transformer nos villes en environnement plus inclusives, plus sûr et plus productifs. Le nouvel agenda urbain arrive à un moment propice. L'urbanisation progresse rapidement, en particulier dans les pays en développement, où la population urbaine devrait doubler d'ici à 2050. En Asie du Sud seulement, la population urbaine a augmenté de 130 millions entre 2001 et 2011, selon une étude récente de la Banque mondiale. On s'attend à ce que 250 millions d'autres les joignent d'ici 2030.

Les bidonvilles de Karachi interfèrent avec la planification. Crédit: Muhammad Arshad / IPS

Les résidents des villes ont besoin d'un accès plus équitable aux services de base comme l'eau potable, les systèmes d'égouts, le logement abordable, les cliniques de proximité et les quartiers plus verts et plus sûr. Nous ne pouvons pas réduire la pauvreté sans investir dans l'amélioration des établissements formels et informels. En Asie du Sud, 130 millions de personnes vivent aujourd'hui dans des bidonvilles, ce qui devrait croître avec les taux actuels d'urbanisation.

Mais pour mener à un changement durable et à la prospérité pour tous, les investissements dans les villes doivent s'accompagner d'une transformation massive des zones rurales pour les rendre à la hauteur, voire les rendre plus attrayants que les villes. La croissance exponentielle des villes est en grande partie le résultat d'une division croissante entre les réalités urbaines et rurales, où le manque endémique de services de base et d'emplois détourne les populations rurales de leurs communautés rurales et vers les villes. Dans la précipitation pour s'engager avec les défis de l'urbanisation nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de vue le rural.

Une femme dans un réservoir d'eau public dans un bidonville de Bangalore. Crédit: Malini Shankar / IPS

Les communautés rurales ne sont plus isolées du reste du monde. Les jeunes ont tous des smartphones avec une connexion Internet. Ils savent qu'il ya des endroits qui offrent de meilleurs services, de meilleurs emplois et une vie meilleure que celle qu'ils peuvent espérer dans les espaces rurales.

Alors que les jeunes femmes et les hommes quittent les zones rurales en grand nombre, ils quittent les mêmes communautés qu'ils doivent renforcer et façonner, ils abandonnent leurs amis, leurs familles et leur culture. Ils migrent vers les grandes villes à la recherche du travail et d'un meilleur avenir, mais sans éducation ni compétences formelles, beaucoup sont confinés aux franges de la société à laquelle ils aspirent. L'exode des jeunes menace le tissu des sociétés rurales et aggrave les problèmes que l'Agenda urbain nouveau vise à aborder: le logement précaire et insalubre, le chômage, l'insécurité et la surpopulation.

Les gens migrent quand leurs choix sont limités. En investissant dans les compétences et le savoir des gens, le développement des affaires rurales, l'assistance technique et en fournissant un soutien financier, la connectivité, des routes de qualité, les services de santé, l'électricité et la connectivité, nous pouvons élargir les options des gens et réduire la pression sur les zones urbaines. J'ai vu cela se produire dans les pays où la création d'un réseau universitaire décentralisé a augmenté le nombre de jeunes hautement éduqués dans les communautés rurales et a contribué à transformer des centres ruraux autrefois abandonnés en villes rurales animées. J'ai vu cela se produire dans des collectivités où les petits investissements dans le développement des entreprises et l'accès aux services financiers permettaient aux entrepreneurs ruraux de démarrer des activités commerciales viables, générant des revenus pour leurs familles, des emplois pour leurs voisins et des services pour leur communauté.

Enfants dans un bidonville au Pérou. Courtoisie de La República/IPS

Il existe une autre raison pour laquelle les zones rurales florissantes sont essentielles à la prospérité des centres urbains. Les petits exploitants et les pêcheurs sont les principaux producteurs d'aliments dans la plupart des pays en développement. En Asie, en Afrique et dans les Caraïbes, ils produisent jusqu'à 90 pour cent de la nourriture que les gens mangent tous les jours. À mesure que les populations urbaines grandiront, il faudra augmenter la quantité et la qualité des aliments produits par les communautés rurales. Les produits frais devront se rendre sur les marchés plus rapidement et dans de meilleures conditions, et les agriculteurs devront être payés des prix plus équitables pour leurs produits afin de pouvoir investir dans l'amélioration de la production, la protection de l'environnement et la résilience à un climat changeant.

Les communautés rurales et urbaines sont très dépendantes les unes des autres pour une croissance durable. Nous vivons dans un monde interconnecté, où les inégalités entre les personnes, les régions et les pays chassent de plus en plus les gens de leurs communautés et vers les villes en quête d'une vie meilleure. En améliorant les conditions de vie des populations rurales pauvres et en leur donnant des opportunités de croissance, nous pouvons réduire la pression sur les grandes métropoles et créer des sociétés plus équilibrées et prospères.

Josefina Stubbs est candidate au poste de Présidente du Fonds international de développement agricole (FIDA). Elle a été vice-présidente associée de la Stratégie et du savoir de 2014 à 2016 et Directrice de l'Amérique latine et des Caraïbes de 2008 à 2014.

David Lewis est professeur de politique sociale et de développement à l’Ecole de Sciences Economiques et de Politiques à Londres. Ses intérêts de recherche comprennent la politique de développement international et le développement rural.
(FIN/2016)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>