Inter Press Service News Agency
11:56 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

ETATS-UNIS
Les coupures d’eau à Detroit violent les droits humains, selon des activistes
Thalif Deen

NATIONS UNIES, 1 juil (IPS) - Lorsque les Nations Unies interviennent pour résoudre une crise d'eau ou d'assainissement, celle-ci survient en grande partie dans les bas-quartiers et les villages reculés d'Asie, d'Afrique ou d'Amérique latine et des Caraïbes.

Mais une grave crise d'eau dans la ville de Detroit financièrement en faillite, dans l'Etat américain du Michigan, a incité plusieurs organisations non-gouvernementales et activiste à faire appel à l'intervention de l'ONU dans l'un des pays les plus riches au monde.

"C'est une situation sans précédent", a déclaré Maude Barlow, fondatrice du 'Blue Planet Project' (Projet pour une planète bleue), un groupe qui prône l'eau comme un droit humain.

"J'ai visité la ville et ai travaillé avec la Commission de l’eau du peuple de Detroit il y a quelques semaines et je suis reparti bouleversée", a-t-elle indiqué à IPS.

Elle a souligné que des centaines de milliers de personnes, en majorité des Afro-Américains, ont leur eau impitoyablement coupée.

Des familles avec enfants, les personnes âgées et les malades, ne peuvent pas se baigner, tirer la chasse de leurs toilettes ou faire la cuisine dans leurs propres maisons, a-t-elle ajouté.

"C'est la pire violation du droit humain à l'eau que j'ai jamais vue en dehors des pires bidonvilles dans les pays les plus pauvres dans les Etats défaillants des pays du Sud", a déclaré Barlow, un ancien conseiller principal sur l'eau d’un ancien président de l'Assemblée générale des Nations Unies.

En mars, le département de l'eau et de l'assainissement de Detroit (DWSD) a annoncé des plans visant à couper le service de l'eau pour 1.500 à 3.000 clients chaque semaine si leurs factures d'eau n'ont pas été payées. Et le 17 juin, le Conseil municipal a approuvé une augmentation de 8,7 pour cent du tarif d'eau.

Selon un document du DWSD, plus de 80.000 foyers résidentiels - dans une ville de 680.000 habitants - ont des arriérés, avec des milliers de familles sans eau, et des milliers d'autres qui devraient en perdre l'accès à tout moment.

Un groupe d'ONG a soumis un rapport à Catarina de Albuquerque, la Rapporteuse spéciale de l’ONU sur le droit à l’eau potable et à l’assainissement, exhortant les Nations Unies à peser sur la crise et à aider à rétablir les services d'eau et à en empêcher de nouvelles coupures.

Dans un rapport conjoint publié le 18 juin, la Commission de l'eau du peuple de Detroit, le 'Blue Planet Project', l'Organisation de défense des droits au bien-être au Michigan et 'Food & Water Watch' (Organisation de défense des droits à l’alimentation et à l’eau) ont formulé plusieurs recommandations, y compris un appel à l'Etat du Michigan et le gouvernement américain à respecter le droit humain à l'eau et à l'assainissement.

Le rapport demande également à la ville de Detroit d’abandonner ses plans pour d’autres coupures et de rétablir les services aux ménages qui ont souffert de coupures d'eau.

Mary Grant, une chercheuse à 'Food & Water Watch', un groupe de défense basé à Washington DC, a dit à IPS que les gens pensent souvent que les Etats-Unis ont totalement atteint les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et fournissent l’accès universel à l'eau potable et à l'assainissement.

Mais comme le montre la crise à Detroit, la situation est plus complexe et certaines communautés n'ont pas ces services essentiels, a-t-elle ajouté.

Lorsque la Rapporteuse spéciale de l’ONU sur le droit à l’eau potable et à l’assainissement a visité les Etats-Unis en 2013, 'Food & Water Watch' a écrit un rapport qui décrit les violations du droit humain à l'eau et à l'assainissement à travers le pays, principalement dans les communautés rurales, latino et d’émigrés, d’Amérindiens et de sans-abri.

Grant a déclaré que les coupures d'eau pour non-paiement constituent une des façons dont ces violations se produisent.

A Detroit et dans d'autres villes, a-t-elle souligné, des ménages peuvent perdre l'accès aux services d'eau potable et d’eaux usées quand ils sont incapables de payer leurs factures d'eau.

Les quelques programmes d'assistance aux personnes à faible revenu qui existent sont insuffisants et n’arrivent pas à répondre aux besoins des ménages en difficulté, a-t-elle ajouté.

"Les factures d'eau sont régressives, alors les ménages à faible revenu paient un montant disproportionné de leur revenu pour le service d'eau. Malheureusement, les tarifs d'eau à travers le pays augmentent".

Elle a affirmé qu’il y a beaucoup de facteurs qui expliquent cela: l'aide fédérale pour les infrastructures d'eau a été réduite de plus de trois-quarts depuis les années 1970, les systèmes vieillissants atteignent la fin de leur durée de vie, et les normes de qualité de l'eau deviennent plus élevées "puisque nous apprenons plus sur les risques pour la santé des substances qui contaminent notre eau".

Les grandes villes, en particulier, ont du mal à maintenir et moderniser les systèmes d'eau sans rendre le service d'eau inabordable pour leurs résidents les moins aisés, a expliqué Grant.

La recherche de 'Food & Water Watch' a révélé que des communautés sont confrontées à des tarifs d'eau encore plus élevés lorsque les systèmes sont privatisés.

Grant a déclaré que ces coupures apparaissent comme une tentative de rendre le système d'eau et des eaux usées plus attrayant pour des investisseurs privés potentiels.

Au cours de la dernière décennie, les habitants de Detroit ont connu une augmentation des tarifs d'eau de 119 pour cent, selon un communiqué de presse publié le 18 juin.

Avec des taux de chômage à un niveau record et le taux de pauvreté à environ 40 pour cent, les factures d'eau à Detroit ne sont pas abordables pour une partie importante de la population.

Bon nombre des ménages touchés par ces coupures n'ont reçu aucun avertissement.

"Les infirmes ont été laissés sans eau et des toilettes qui fonctionnent, les enfants ne peuvent pas se baigner et les parents n’arrivent pas à préparer convenablement la nourriture pour leurs familles", a indiqué le communiqué de presse. (FIN/2014)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>