Inter Press Service News Agency
01:54 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

AFRIQUE AUSTRALE
Un port d’entrée de la SADC à trois milliards de dollars pour renforcer le commerce régional
Servaas van den Bosch

WINDHOEK, 25 août (IPS) - Misant sur la croissance des échanges commerciaux dans la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), la Namibie construit un port évalué à trois milliards de dollars, qui libèrera le potentiel économique de la région.

Ce nouveau port qui est en cours de construction par l'Autorité des ports de la Namibie (Namport) est situé juste au nord du Port de Walvis Bay actuel du pays sur l'océan Atlantique.

La Namport s'est engagée dans un programme d'extension de 300 millions de dollars pour le Port de Walvis Bay, ajoutant 600 mètres de quais et récupérant des terres pour un nouveau terminal à conteneurs, portant le nombre de conteneurs de 20 pieds qui peuvent être traités à un million, en hausse par rapport aux 350.000 actuels.

Le directeur général de la Namport, Bisey Uirab, a déclaré à TerraViva que Walvis Bay est idéalement adapté pour fonctionner comme une porte d’entrée du sous-continent. "Le commerce à l’intérieur de la SADC à travers ce port a considérablement augmenté au cours des dernières années. En particulier à travers le corridor Trans-Caprivi où les volumes des échanges avec les régions minières de la Zambie et de la République démocratique du Congo ont connu une grande augmentation".

Uirab salue Walvis Bay comme une alternative crédible et viable à d'autres itinéraires commerciaux, qui partent traditionnellement de la puissance économique, l'Afrique du Sud, pour la région.

Mais avec la croissance des échanges commerciaux dans la région, les volumes de fret, évalués actuellement à 650.000 tonnes, dépasseront bientôt la capacité du port existant, amenant l'autorité portuaire à dévoiler un plan directeur visant à accélérer la construction du projet d'infrastructure massif, déjà surnommé le Port d’entrée de la SADC.

Uirab pense que le port est bien placé pour concurrencer les ports congestionnés d’Afrique du Sud et d'autres ports de la région. "La Namibie offre un environnement politique et juridique stable, avec de bonnes infrastructures routières, qui la rend attractive comme une destination d’entrée, en particulier lorsque l’on fait du commerce avec l'Europe et les Amériques".

Ce port inclura également des terminaux de vrac polyvalents, des ports secs, un port pour les petits navires, des installations de stockage de sauvegarde et une tour de contrôle. La construction du nouveau port débutera l'année prochaine.

L'agrandissement du port de Walvis Bay est soutenu par le gouvernement namibien qui, dans son dernier Plan national de développement, s'est engagé à transformer le pays en une plateforme logistique régionale.

"Les infrastructures et le développement des capacités ouvrent la voie pour les pays de la région de développer leurs économies", a déclaré TerraViva, Johny Smith, directeur général du Groupe du corridor Walvis Bay (WBCG) qui fait la promotion des itinéraires commerciaux namibiens dans la région.

Le commerce dans la région le long des corridors a explosé, augmentant de 54 pour cent, dans la dernière année financière, à près de 700.000 tonnes et devrait continuer à croître.

Selon la Namport, seulement 20 pour cent de ses volumes d'échanges commerciaux sont destinés à la Namibie - un pays aride à revenu intermédiaire supérieur avec seulement un peu plus de deux millions d'habitants. La majeure partie des échanges se fait dans l’arrière-pays de la SADC par voie routière, ou est transbordée vers des destinations en Afrique de l'ouest, faisant de Walvis Bay l'un des ports les plus fréquentés sur la côte ouest de l'Afrique.

Mais des défis demeurent puisque les coûts de transport sont prohibitifs. Selon la Namport, le secteur des transports doit augmenter la capacité, puisque cela reste l'un des coûts les plus élevés dans le prix des produits accordé au consommateur. (FIN/2013)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>