Inter Press Service News Agency
02:56 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

DEVELOPPEMENT
La sécurité alimentaire sous le feu des projecteurs pour l'après 2015
Thalif Deen

ROME , 15 juin (IPS) - L'éradication de la faim et de la malnutrition doit rester une priorité élevée après la fin des Objectifs du millénaire pour le développement en 2015, déclare l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) basée à Rome.

C’est le message sans équivoque adressé déjà par la FAO, alors que l’ONU se prépare à lancer cette année un ambitieux programme de développement pour l'après 2015.

Dans son rapport annuel phare qu'elle vient de publier, la FAO reconnaît que le monde a fait des progrès dans la lutte contre la faim et la malnutrition, mais souligne qu'il y a encore «un long chemin» à parcourir pour résoudre la crise existante.

José Graziano da Silva, le directeur général de la FAO, est catégorique à ce sujet: «Nous devons viser rien de moins que l'éradication de la faim, de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition».

La seule réponse efficace pour combattre l'insécurité alimentaire est un engagement politique au niveau national, renforcé aux niveaux régional et mondial par les gouvernements donateurs et les organisations internationales, estime-t-il en citant comme exemple le Comité sur la sécurité alimentaire mondiale et l'initiative «Défi Faim Zéro» lancé par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Les chiffres interpellent: 3,5 trillions de dollars - soit 500 dollars par personne - en perte de productivité pour l'économie mondiale, selon le rapport de la FAO intitulé «La situation de l'alimentation et de l'agriculture». A titre de comparaison, «cela représente presque la totalité du produit intérieur brut (PIB) annuel de l'Allemagne, soit la première économie européenne», précise le rapport.

Les carences en vitamines et en oligo-éléments ainsi que l'obésité et le surpoids sont en grande partie responsable de cette perte de productivité et du coût élevé des soins de santé.

«La faim peut être éradiquée d'ici à 2030», ajoute Jomo Kwame Sundaram, le directeur général adjoint de la FAO en charge du développement économique et social, «mais ce ne sera pas le fruit du hasard, (parce qu') une série de mesures importantes doivent être prises».

Sundaram estime que des engagements politiques explicites pour éradiquer la faim doivent être soutenus par des ressources, qu'il s'agisse des engagements au niveau mondial dans le cadre du G8 ou du G20, ou ceux au niveau national ou régional comme ce fût le cas avec la Déclaration de Maputo où les pays africains se sont engagés à investir 10 pour cent de leurs PIB dans l'agriculture.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture a estimé en 2011 (avec 2009 comme année de référence) que 50,2 milliards de dollars d'investissements publics étaient nécessaires chaque année pour que la faim dans le monde puisse être éradiquée d'ici à 2025, une somme qui devait s'ajouter aux investissements privés. (FIN/2013)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>