Inter Press Service News Agency
02:12 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

BRESIL
Garder vivantes les origines africaines
Fabiana Frayssinet

RIO DE JANEIRO, 29 nov (IPS) - Un devin nigérian danse et chante à côté d'un prêtre brésilien de la religion Candomblé - amenée dans ce pays d'Amérique du sud par des esclaves africains - qui est désormais en train d’être sauvée de l'oubli dans les manuels scolaires sur l'histoire et la culture nationales.

Il s’appelle Jokotoye Awolade Bankolé, un prince tribal de 55 ans originaire d’Onpeu-Ogbomoso, dans l'Etat d’Oyo, dans le sud-ouest du Nigeria, et un adepte d'Ifa, un système de divination du peuple yoruba qui a été déclaré comme faisant partie du Patrimoine culturel immatériel de l'humanité en 2005 par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

Le prêtre de Candomblé, Alexander Rocha da Silva, ou "Alexander de Oxossi", comme on l’appelle dans sa religion, a accueilli Bankolé dans son "terreiro" ou temple. Il est blanc, bien qu’il ait demandé à IPS: "qui au Brésil peut dire qu'il n'a rien avec l'Afrique sous sa peau?".

Ce pays, où plus de 50 pour cent de la population de 194 millions d’habitants s'identifient comme noirs ou "mulâtres" lors d’un recensement, a mis en lumière son histoire européenne, la "conquête" portugaise et la pratique de la religion catholique.

Selon le recensement de 2010, 64,6 pour cent de la population s’identifient comme catholiques, suivie de 22,2 pour cent qui pratiquent des cultes évangéliques, principalement néo-pentecôtistes.

Bon nombre de ceux qui se déclarent ouvertement être des disciples de religions d'origine africaine, comme Umbanda et Candomblé, qui représentent 0,3 pour cent de la population, pratiquent leurs rituels dans l'ombre.

"Il y a encore beaucoup de discrimination, en particulier lorsqu'une personne à l'école ou à l'université pratique une religion africaine", souligne Glaucia Bastos, une "iyanifa" (prêtresse d’Ifa).

Amenée au Brésil par des esclaves africains, la religion Candomblé a été soumise à une répression plus ou moins sévère depuis l'époque coloniale, et a dû se déguiser pour survivre.

"Candomblé n’a pas souffert autant de l'influence catholique comme d'autres religions, parce que les Noirs ont continué à adorer leurs 'orixás'(divinités) sous le couvert de saints catholiques", a expliqué Alexander de Oxossi à IPS.

Une persécution ouverte des religions afro-brésiliennes de la part de la police a continué après le milieu du 20ème siècle.

Bastos, dont le père est portugais, mais qui s'identifie comme noir "à cause de l'arbre généalogique de sa mère", indique à IPS que "jusqu'à il y a 27 ans, les gens dans les rues avaient l’habitude de crier 'macumbera' à mon égard", un mot d'origine africaine utilisé péjorativement pour désigner un praticien de la magie noire.

Edna Teixeira de Araujo a déclaré à IPS que jusque vers 1970, Candomblé se pratiquait dans les arrière-cours des maisons de samba - un rythme musical afro-brésilien. "Il y avait un cercle de danse samba devant, et Candomblé se déroulait derrière, pour la maintenir cachée", a expliqué de Araujo, qui, comme d’autres participants à cette célébration en l'honneur de Bankolé, portait un habit de fête des Yoruba du Nigeria.

Mais les temps ont changé, et la loi fédérale 7.716, qui stipule que l’intolérance religieuse équivaut au racisme, ne permet plus de manifestations ouvertes des préjugés.

En 2007, le 21 janvier a été déclarée la Journée nationale de lutte contre l'intolérance religieuse en mémoire de Mãe Gilda, une prêtresse de Candomblé originaire de l'Etat de Bahia, dans le nord-est, qui est décédée en 2000 de problèmes cardiaques imputés à la persécution religieuse de la part des églises néo-pentecôtistes.

Mais en dépit des signes de progrès, les adeptes de religions afro-brésiliennes se sentent encore persécutés.

"Même aujourd'hui, tout problème qui se pose est attribué à une malédiction par les pratiquants de Candomblé ou d’Umbanda", a affirmé de Araujo.

Bankolé, qui vient d'une région du Nigeria qui a été décimée par le commerce des esclaves il y a un peu plus d'un siècle, est venu au Brésil pour aider à développer le respect pour les religions afro-brésiliennes.

A travers un interprète, Bankolé a déclaré à IPS qu’à cause de l'esclavage, beaucoup d’Africains venus de différentes parties du continent ont connu le brassage ou la perte de leurs coutumes au Brésil, y compris leurs langues tribales et Ifa, qu’il essaie maintenant de ressusciter.

C'était l'objectif de l’exposé sur "La mémoire, les ancêtres, et l'identité dans le contexte africain" qu'il a présenté le 13 novembre en yoruba, une langue largement parlée dans le sud du Nigeria.

L'événement a été organisé par "l’organe de coordination des experts en éducation pour les relations ethniques et raciales", qui forme les enseignants à l’application de la loi 2010 qui exige l'étude de l'histoire africaine et de la communauté noire brésilienne à tous les niveaux du système d'enseignement public et privé au Brésil.

Bankolé est optimiste parce qu'il a constaté, au cours de ses voyages, que beaucoup d’autres formes de prise de conscience de l'ascendance africaine persistent au Brésil et dans d'autres pays d'Amérique latine, y compris le culte orixá dans la religion Candomblé.

"Et même le carnaval du Brésil porte l'empreinte de la culture africaine", a ajouté Bankolé, avec sourire. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>