Inter Press Service News Agency
09:24 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

Q&R
"Il n’y a pas de frontières nationales pour les soins médicaux"
Malgorzata Stawecka

NATIONS UNIES, 26 oct (IPS) - Pour des millions de personnes dans les pays en développement, avoir des cataractes signifie un affaiblissement de la vision de façon permanente ou même la cécité. Bien qu’un traitement puisse résoudre le problème, le coût est bien au-delà de la portée de la plupart des malades.

Mais grâce à un groupe de médecins chinois, cette chirurgie coûteuse devient maintenant plus largement disponible. "L'amour n'a pas de frontière" - ce slogan guide Dr Han Demin dans ses efforts humanitaires à améliorer la vie de milliers de personnes à travers le monde.

Han, directeur de l'hôpital Tongren de Beijing, de 'Beijing Otolaryngology' et du Centre de collaboration pour les sourds de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a été honoré d'un Prix Sud-Sud pour son engagement exceptionnel pour des causes humanitaires le 23 septembre, la veille du début de la 66ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Depuis 2010, l'OMS estime qu'il y a 20 millions de personnes dans le monde qui souffrent de cataractes, une opacification du cristallin de l'œil. Parmi elles, cinq millions se trouvent en Chine, et le nombre augmente de 400.000 à 600.000 chaque année.

Han, avec son équipe de "médecins volants", a créé le 'Brightness Action Programme' (Programme d'action pour la restauration de la vue), lancé en 2003 et dédié à la restauration de la vue pour des malades de la cataracte à travers l'Afrique et l'Asie. Plus de 50.000 personnes ont été soignées depuis le début du programme, avec quelque 14.000 en Afrique seule.

"En tant que médecin avec une certaine capacité administrative, je suis en mesure d’accorder une profonde attention aux groupes défavorisés de la société en organisant des forces sociales plus importantes", a indiqué Han à IPS.

"Je crois qu'une plus grande contribution aux sourds et aveugles peut être faite à travers des efforts inlassables et l'appel à des forces plus larges de la société par l'effet de propagande des Prix Sud-Sud" a-t-il ajouté.

Dans une interview avec le correspondant de IPS, Malgorzata Stawecka, Han Demin parle de ses plus grandes réalisations dans le domaine de l'aide humanitaire ainsi que des questions en suspens qui doivent être abordées dans un avenir prévisible.

Q: Qu'est-ce qui vous a inspiré à créer le Programme d'action pour la restauration de la vue?

R: En 1999, l'OMS avait lancé 'Vision 2020: le droit à la vue' et avait déclaré l'élimination de la cataracte comme une stratégie prioritaire pour la prévention de la cécité dans les pays en développement. En 2003, le Groupe national de pilotage de la prévention de la cécité de la Chine a lancé le Programme d'action pour la restauration de la vue, avec pour objectif l'envoi de la technologie médicale la plus avancée et du meilleur service vers les régions et les gens qui en ont le plus besoin.

Le Programme d'action pour la restauration de la vue vise principalement les malades de la cataracte des régions à minorités ethniques, des zones reculées et pauvres ainsi que la région du plateau. Depuis 2007, le programme est allé au-delà de la Chine et est arrivé en Corée du Nord, en Mongolie, au Cambodge, au Vietnam, au Bangladesh, au Pakistan et dans d'autres pays, de sorte qu'en 2010 il s’est élargi à l'Afrique, avec le Malawi, le Zimbabwe, la Zambie et le Mozambique, successivement.

Un grand nombre de malades pauvres de la cataracte dans ces pays ont été examinés et opérés gratuitement.

Q: Comment vous engagez-vous avec des sponsors à la fois du secteur privé et public?

R: Jusqu'à présent, le Programme d'action pour la restauration de la vue a bénéficié de beaucoup d'attention, d’un soutien et d’un financement importants de 'Hainan Airlines Group', de la Fondation Macao Mingde, du Comité central de l'Association chinoise pour la promotion de la démocratie, de la 'Chine Anhui Foreign Economic Construction Company', de la 'CITIC Group Corporation' et d'autres institutions et organisations sociales.

En tant que mode de développement standard, complet, à faible coût, très efficace et durable de prévention de la cécité, le programme a attiré davantage de donateurs. Les sponsors individuels et en groupe peuvent proposer leur intention de financement à travers le Groupe national de pilotage de la prévention de la cécité.

Nous fournissons aux sponsors la technologie médicale et la consultation sur les endroits où aller et ce qu’il faut faire. J'espère que dans un proche avenir, davantage de forces internationales accorderont une attention au Programme d'action pour la restauration de la vue et à d'autres programmes d'aide humanitaire.

Q: Jusqu'à présent, le Programme d'action pour la restauration de la vue vise les continents tels que l'Asie et l'Afrique. Allez-vous étendre le programme à d'autres continents où le taux de la cataracte est très élevé?

R: Il n'y a pas de frontières nationales pour les soins médicaux, ni pour la charité. J'espère que tous les malades de la cataracte peuvent bénéficier de plus d'attention sociale par l'effet de propagande des Prix Sud-Sud et que nous pouvons aider plus de personnes souffrant de l’affaiblissement de la vue et d’un handicap auditif, y compris les malades d'Europe centrale et d’Amérique du sud, à retrouver la vue et l'ouïe.

Q: Quels sont les principaux succès du Programme d'action pour la restauration de la vue? Quels sont les défis qui restent?

R: Depuis 2003, nous avons envoyé plus de 300 experts et du personnel médical des hôpitaux célèbres à travers toute la Chine. Notre équipe a ramené la vue à plus de 50.000 malades de la cataracte. Le patient le plus âgé que nous avons opéré avait 96 ans, tandis que le plus jeune avait seulement cinq mois. Nous avons offert des consultations gratuites pour plus de 10 millions de patients souffrant de maladies oculaires.

Non seulement un examen et un traitement gratuits ont été offerts, nous avons (également) formé plus de 500 agents médicaux locaux au moyen de la communication scientifique et de la démonstration de la chirurgie, afin de faciliter le développement durable de la prévention et du traitement de la cécité au niveau local.

Comme le nombre de malades de la cataracte ne cesse d'augmenter dans les régions et pays les moins avancés d'Asie, et d'Afrique aussi, il est très important de renforcer l'investigation épidémiologique, pour diagnostiquer et traiter la maladie à temps. Cependant, nous manquons également de personnel médical à la base pour maîtriser la maladie. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
BARBUDA: Pour certains, l’initiative 'Blue Halo' compromettra l’avenir des pêcheurs
JAPON: La politique 'Womenomics' peut-elle arrêter la féminisation de la pauvreté?
ENVIRONNEMENT: Des ONG opposées à l’agriculture intelligente face au climat
OPINION: Investir dans les adolescentes pour le développement de l’Afrique
ASIE: Le financement pour l’environnement oublie les communautés indigènes
AFGHANISTAN: Pour certains demandeurs d’asile, le voyage s’arrête là où il a débuté
SALVADOR: Le CIRDI examine les derniers arguments dans le conflit minier
ENVIRONNEMENT: Le Sommet de l’ONU sur le climat: un défilé ou une réalité?
MONDE: La déforestation illégale peut nuire à la majorité des produits de consommation
EUROPE: L’opération 'Frontex Plus' diversement appréciée par des organisations
More >>