Inter Press Service News Agency
18:50 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   JAPANESE
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

NIGERIA
Pris entre les islamistes et l’armée
Ahmed Usman

KANO, Nigeria , 18 oct (IPS) - Les habitants de la cité de Maiduguri, dans le nord-est de l'Etat nigérian de Borno, ont intensifié leurs appels à l'armée de se retirer de la ville, le bastion du groupe islamiste extrémiste 'Boko Haram', après des affirmations selon lesquelles ils sont maltraités et accablés.

Les personnes résidant à Maiduguri paient un lourd tribut à la guerre de guérilla des islamistes, puisque les forces de sécurité les accusent de non-coopération et de protéger les islamistes.

"Nous sommes terriblement troublés par la vague d'attaques de représailles incessantes de la part des forces de sécurité sur nous", a déclaré à IPS, Bulama Abbagana, un habitant du coin.

"Même si nous étions dans un état de guerre avec un pays rival, les civils ne devraient pas être tués ou mutilés comme le fait l’armée", a indiqué avec colère Abbagana à IPS au téléphone.

'Boko Haram', dont le nom signifie "l'éducation occidentale est un péché", attaque depuis les trois dernières années les institutions gouvernementales, y compris un attentat suicide contre le bâtiment des Nations Unies à Abuja, la capitale. La pire attaque était l’agression du 20 janvier sur la ville antique de Kano qui a fait plus de 180 morts.

'Boko Haram' a adopté une approche de style taliban et est soupçonné d'avoir des liens avec Al-Qaïda en Afrique du nord. Ils veulent imposer la loi islamique (charia) dans un pays profondément divisé entre un nord majoritairement musulman et un sud chrétien.

Un habitant qui ne souhaite pas être nommé dans la presse, de peur de représailles, a déclaré à IPS: "Nous souhaitons être laissés avec Boko Haram, nous serions moins exposés aux ennuis qu’avec l’armée".

Maiduguri, le siège de 'Boko Haram' au Nigeria et le point de rassemblement des insurgés, semble être devenue un champ de bataille.

L'attaque la plus récente remontait au lundi 15 octobre lorsque des descentes soutenues sur la ville par des soldats gouvernementaux ont entraîné un certain nombre d'attentats à la bombe et le blocage du centre-ville. Le dimanche 14 octobre, la ville a été secouée par une explosion en bordure de route et deux attaques distinctes à l’arme qui ont tué au moins quatre personnes dont un chef local, on indiqué des habitants et des militaires.

Avant ces attaques, le 8 octobre, une fusillade aveugle, qui aurait été organisée par les membres du Corps expéditionnaire interarmes, a entraîné davantage de violences.

On affirme que les troupes nigérianes à Maiduguri sont devenues fou furieuses après que leur véhicule de patrouille a été touché par un engin explosif improvisé, tuant deux soldats, dont un lieutenant, et en blessant d'autres. Elles ont été soupçonnées d'avoir commencé à tirer au hasard dans une zone densément peuplée de 'Lagos Street'.

Les habitants affirment que plus de 30 personnes ont été tuées dans l'attaque, et des maisons, entreprises et des boutiques ont été incendiées et vandalisées.

"Si vous voyez l'ampleur des dégâts sur nos maisons et boutiques brûlées, vous pouvez verser des larmes", a confié à IPS, Bana Modu, dont la maison a été gravement endommagée.

La vendetta entre les forces de sécurité nigérianes et les habitants de Maiduguri a atteint son paroxysme, avec les deux parties se pointant un doigt accusateur.

Les forces de sécurité affirment que les habitants ne les aident pas dans la lutte contre 'Boko Haram'. Dans plusieurs cas, l’armée s’est plainte amèrement, accusant les civils de complicité avec les assaillants, puisque les islamistes ont lancé des attaques contre les militaires depuis des toits et des arbres.

A leur tour, les habitants se plaignent de ce que les forces de sécurité considèrent toute personne en tenue civile comme un ennemi.

"Chaque fois qu'il y a une explosion à la bombe, les forces de sécurité assiègent la zone et battent toutes les personnes rencontrées sur leur chemin. Certaines personnes sont tuées dans le processus", a déclaré à IPS, au téléphone, Abubakar Mohammed, un banquier.

Les affaires ici ont été paralysées au cours des trois dernières années.

"Beaucoup de gens ont fui la région. Je n'ai nulle part où aller, mais j'aurais pu quitter pour échapper aux attaques des deux fronts: Boko Haram et les forces de sécurité", a indiqué Msheliza Dalwa à IPS.

Le gouvernement de l'Etat de Borno, où la crise a éclaté en 2009, n’a affiché aucun intérêt pour le retrait des troupes, et a simplement demandé aux forces de sécurité de respecter la population.

"Croyez-moi, si le gouvernement fédéral retire de Borno le Corps expéditionnaire interarmes, nous serons tous chassés de l'Etat par les insurgés", a affirmé Kashim Shettima, le gouverneur de l'Etat, s'adressant aux journalistes au sujet de la récente attaque.

Shehu Sani, président du Congrès du droit civil, un groupe local de défense des droits humains au Nigeria, a déclaré à IPS: "Les forces de sécurité nigérianes utilisent une violence disproportionnée que nous considérons comme étant de la même grandeur que celle de Boko Haram".

Selon 'Human Rights Watch', basée à New York, pas moins de 2.800 personnes ont été tuées dans les attaques largement revendiquées par les islamistes depuis le début des violences en 2009. Un rapport publié par cette organisation internationale de défense des droits humains, la semaine dernière, indique que les attaques de 'Boko Haram' pourraient être qualifiées de crimes contre l'humanité.

"Nous serons heureux de punir ceux qui commettent des massacres gratuits devant la Cour pénale internationale afin que les personnes impliquées ne soient pas remises en liberté", a confié à IPS, Ibarhim Badamasi, un habitant de Maiduguri. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>