Inter Press Service News Agency
02:52 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

DROITS
Des anciens soldats filles échangent un cauchemar contre un autre
Isabelle de Grave

NATIONS UNIES, 15 juin (IPS) - "Quand j'étais encore à l'école, j'ai été enlevée par l'Armée de résistance du Seigneur, avec 139 autres jeunes filles", a déclaré Grâce Akallo. "J'ai passé sept mois en captivité, mais j'ai survécu; je me suis évadée et je suis retournée à la maison".

Il y a 12 ans, quand Akallo était encore une enfant, sa vie avait pris une tournure inattendue lorsqu’elle est tombée entre les mains de la force rebelle notoirement brutale de Joseph Kony, appelée l’Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Aujourd'hui, elle est mariée avec un enfant, une maîtrise et une mission dans la vie: donner une voix à l'enfant fille soldat.

Formée en Ouganda dans les années 1980, et opérant aujourd'hui en République démocratique du Congo, la LRA demeure parmi les auteurs les plus persistants de graves violations contre les enfants, selon un récent rapport de l'ONU.

"D'abord les filles sont enlevées, il en est de même pour les soldats garçons", a souligné Akallo à IPS. "Elles sont battues et maltraitées, elles sont formées pour devenir des enfants soldats, reçoivent des AK-47, et sont forcées à tuer".

"La plupart des enfants sont envoyés au premier plan, avec les chefs derrière eux. Vos balles sont finies? Vous tirez sur votre ami(e) afin d'obtenir plus de balles. Au même moment, les chefs utilisaient les enfants comme boucliers, afin que les enfants soient abattus et que eux survivent".

Ce qui rend les filles enfants soldats différentes, ce sont les sévices sexuels qu'elles sont obligées d’endurer, explique Akallo. "La plupart des filles subissaient des sévices sexuels, y compris moi. J'ai eu la chance que je ne sois pas retournée à la maison avec un enfant, ou infectée par le VIH ou n’importe quelle autre maladie.

"Bon nombre de ces filles ont dû accoucher en captivité, certaines d'entre elles étaient obligées d’aller se battre avec les enfants au dos, et certaines ont accouché sur le champ de bataille", a-t-elle affirmé.

Mais le sort de l'enfant fille soldat est en grande partie caché, masqué par les chefs des groupes armés qui se réfèrent aux filles combattantes comme "épouses" ou "sœurs".

Les filles sont sommairement remises aux combattants hommes, et Kony aurait eu jusqu'à 50 filles dans son ménage immédiat à un moment donné.

"Certaines sont données à un seul commandant, et quelques-unes sont offertes à plusieurs hommes", a déclaré Akallo à IPS.

Désarmement, démobilisation et réinsertion

En raison des rôles que les filles jouent, notamment la cuisine, les travaux domestiques, le transport de provisions et les services sexuels, elles sont rendues presque invisibles, sous le radar du droit international et des initiatives de désarmement.

Des programmes de Désarmement, démobilisation et de réinsertion (DDR) sont en cours depuis les années 1980 et l'ONU a lancé son ensemble formel de directives en 2006. Mais les progrès ont été inégaux, en particulier concernant les filles soldats.

"Lorsque vous désarmez quelqu'un, vous lui demandez de retourner ses armes. La plupart des enfants filles soldats ne portent pas d'armes. Elles sont utilisées comme esclaves sexuels et épouses de brousse. De ce point de vue, je ne pense pas que le DDR ait été un succès", a indiqué à IPS, Ugoji Adanma, fondateur de la Fondation 'Eng Aja Eze', qui aide les femmes et les filles à sortir d'un conflit.

Le droit international a également "considérablement exclu" les femmes soldats, a déclaré Matthew Brotmann, directeur des programmes internationaux et professeur adjoint de droit à la 'Pace Law School' (Faculté de droit de Pace), lors d'une conférence le 4 juin intitulée "L'incidence de l'enfant fille soldat et la Cour pénale internationale".

En omettant d'inclure des définitions spécifiques liées au genre dans les instruments juridiques et les directives en matière de politiques, "nous forçons une cheville carrée dans un trou rond", a indiqué Brottman à IPS.

"Nous ne pouvons pas traiter toutes les victimes de la même manière, quel que soit le sexe", a-t-il dit.

Dans le récent procès du chef de guerre congolais, Thomas Lubanga Dyilo, l'enrôlement d'enfants comme soldats a été considéré comme un crime de guerre pour la première fois.

Mais les commandants du groupe de la milice de Lubanga, l'Union des patriotes congolais (UPC), n'ont pas été arrêtés pour expliquer les allégations de viol, ce qui soulève des questions fondamentales au sujet de la partialité du droit international.

"L'incidence de l'enfant fille soldat n'a pas été réellement prise en considération. Elle a été notée, mais pourquoi les procureurs ne présentent-ils pas les preuves des principaux témoins quant aux violences sexuelles contre les femmes? C'est ce qui est ma préoccupation", a souligné Adanma à IPS.

Réconciliation des communautés

La réinsertion des enfants filles soldats constitue l'un des plus grands défis pour les ex-combattants et ceux qui s’efforcent de les protéger, des organisations non gouvernementales à la base, aux gouvernements, en passant par la communauté internationale.

Le financement fait défaut, et bien que les bailleurs de fonds soient prompts à répondre en cas d'urgence, la réinsertion tombe souvent dans la zone floue entre l’aide d'urgence et l'aide au développement.

"En Sierra Leone, où nous avons travaillé sur les hôpitaux de réadaptation et l'éducation, pour ouvrir des écoles que des filles pouvaient fréquenter, mon message était de porter la plume et non le fusil", a déclaré à IPS, Rima Salah, ancienne directrice exécutive adjointe du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

Mais la complexité de la réinsertion des ex-combattants défie les solutions simples.

"Ni les enfants soldats garçons ni les enfants soldats filles ne sont vraiment acceptés dans la société, mais pour les enfants soldats filles, c'est (plus difficile) quand elles ont des enfants non désirés", a indiqué Akallo à IPS. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>