Inter Press Service News Agency
22:08 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

AFRIQUE DU SUD
Une école rurale fonctionne sur du bio-méthane
Lee Middleton

LE CAP, 8 mars (IPS) - Cachée dans les collines de la province du Cap oriental, en Afrique du Sud, une petite école rurale transforme ses déchets de cuisine ainsi que les déchets agricoles et matières fécales humaines en méthane pour la cuisson, et en engrais riche en éléments nutritifs, et recycle même ses eaux.

Utilisant un système intégré de production de biogaz, la 'Three Crowns Rural School', dans le district 'Lady Frere', enseigne aux apprenants, à la communauté, et aux ingénieurs venus de partout dans le pays une nouvelle façon de maîtriser l'eau, les déchets, et l'énergie.

Selon le 'Council of Scientific and Industrial Research' (Conseil de la recherche scientifique et industrielle – CSIR), si l’approche habituelle est suivie, les ressources d'eau douce d'Afrique du Sud seront complètement épuisées d'ici à 2030, incapables de répondre aux besoins des gens ou de l'industrie.

"Les problèmes vont être aggravés par des incidents plus fréquents de pollution de l'eau et d'augmentation des coûts de traitement de l'eau", a déclaré l'auteur du rapport 2010 du CSIR, Peter Ashton.

L’Afrique du Sud aride doit développer des moyens économiques pour recycler efficacement ses ressources en eau naturellement rares, pour trois raisons. D’abord plus de 40 pour cent des barrages du pays sont touchés par une eutrophisation (le processus par lequel l'eau devient trop riche en éléments nutritifs et est sujette à la prolifération d'algues toxiques).

Ensuite, le drainage minier acide menace d'empoisonner la nappe phréatique située autour de la province de Gauteng, densément peuplée; et enfin, selon le rapport 'Green Drop' 2010-2011 du ministère de l'Eau, 56 pour cent des 821 champs d’épandage sont soit dans un "état critique" ou donnent un "très mauvais rendement".

Financé par la Banque de développement d'Afrique du Sud, le Programme sur le système de gestion de l'environnement de la municipalité du district Chris Hani fait exactement cela dans son projet-pilote de deux ans à 'Three Crowns Rural School'.

Le système zéro déchet de l'école introduit les déchets organiques de sa cuisine, de ses jardins et toilettes dans un "digesteur" anaérobie (fosse fermée remplie de gaz limitant l'oxygène) où l'action microbienne décompose les déchets, créant du "bio-méthane" dans le processus.

L'effluent digéré est envoyé dans une série de bassins, où d'abord les polluants restants combinent avec l'oxygène et sont transformés en une "boue d'algues" riche en éléments nutritifs qui constitue un excellent engrais. L'eau qui sort du premier bassin va vers un autre, où des poissons comme le tilapia peuvent se nourrir du contenu d'algues restant. L’écosystème du bassin à poissons produit un autre engrais d'algues, et l'eau du bassin est prête pour l’irrigation.

Le résultat final est un système qui transforme 100 pour cent des déchets organiques en biogaz pour la cuisson, en engrais fait d'algues sans agents pathogènes, et en eau recyclée exempt d'agents pathogènes pour l'irrigation des jardins de l'école.

Le projet sert également d’un impressionnant laboratoire de science de la vie où les apprenants sont témoins et viennent quotidiennement comprendre des concepts tels que la décomposition, l’action biologique aérobie et anaérobie, et la durabilité.

"Ce n'est pas quelque chose de nouveau pour les enfants de parler de digesteurs et de bactéries ainsi que du bassin d'algues et de la stérilisation. Sûrement, ces gars qui sortiront de l'école aideront à promouvoir ce type de pensée à l'avenir", a déclaré Mark Wells, de 'People’s Power Africa' (PPA), un consortium d'entreprises investissant dans les biotechnologies environnementales, qui était chargé d’installer, de gérer et de surveiller le système.

François Nel, directeur de la santé environnementale et des services communautaires pour la municipalité du district Chris Hani, a souligné la capacité du projet à influencer la façon dont les gens pensent. "La première chose, c’est l'éducation des enfants et le changement des mentalités en termes d'énergie, de déchets et de changements climatiques. Et l’appropriation - les enfants s'approprient l'environnement et l'importance de le protéger".

Et ce ne sont pas seulement les enfants qui en bénéficient. "Ce projet est très, très important. D'abord, je peux dire pour ma propre vie, parce que j'ai appris beaucoup de choses sur la nature", a déclaré Zothe, la concierge de l'école qui supervise l'alimentation du bio-digesteur. "Nous avons appris à utiliser les choses qui sont liées à la nature, comme nous disposons d’une cuisinière solaire, d’un bio-digesteur, de l'énergie éolienne, alors nous ne sommes pas obligés de dépenser beaucoup d'argent, et nous ne gaspillons pas".

Le projet de 'Three Crowns' a été un grand succès, avec quatre écoles qui demandent l'installation du même système, et les communautés voisines d'Intsikayethu et d'Engcobo qui envisagent d'installer les systèmes à une échelle beaucoup plus grande.

Il a également remporté de nombreux prix, notamment le prix 'Moolah for Amanzi', en 2011, parrainé par les Pays-Bas pour le meilleur concept dans les projets d'eau et d'assainissement, deux prix 'Eskom ETA', et un prix de projet phare au Cap oriental.

Bien que l'adoption du projet 'Three Crowns' semble prendre, non loin de là, dans la municipalité de Buffalo City à East London, un autre projet du PPA tente de prouver sa valeur à une municipalité sceptique.

Comme 'Three Crowns', "eMonti Green Hub" (Centre vert eMonti) du PPA est une boutique unique pour récupérer les ressources (par exemple, des engrais riches en éléments nutritifs, du méthane, et de l'eau recyclée) à partir de déchets, mais cette fois la "nourriture" comprend des eaux usées municipales, des vidanges, et la fraction organique des déchets solides municipaux, notamment les déchets de jardins et d'abattoirs.

Actuellement, 10 millions de litres de cette "nourriture" sous forme d'eaux usées brutes sont quotidiennement déversés dans la zone de surf par les Travaux de traitement des eaux usées de la défunte deuxième rivière de Buffalo City. Le centre vert propose d'utiliser un grand digesteur anaérobie qui est chauffé dans des réacteurs constamment remués pour traiter plus rapidement ces déchets (les déchets de jardin boisé renforceraient le chauffage).

Sur la base d’une étude de faisabilité du PPA, le centre vert est censé produire du bio-méthane à un taux de 300 kilogrammes/heure (une bouteille de gaz au cou élevé contient 40 kg), conduisant au méthane "vert", qui peut fournir une source durable de revenus pour gérer le centre. 'Mercedes-Benz' d’Afrique du Sud a déjà envoyé une lettre d'intérêt pour acheter le bio-méthane pour être utilisé dans les séchoirs et fours de leur atelier de peinture. (FIN/2012)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>