Inter Press Service News Agency
04:36 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

MALAWI
Un projet d’interconnexion électrique coûteux mais nécessaire
George Mhango

BLANTYRE, 29 août (IPS) - A Lilongwe et Blantyre, les capitales administrative et économique du Malawi, deux choses sont perceptibles, en particulier la nuit: des coupures d’électricité et le bruit des groupes électrogènes dans différents lieux de travail.

Les coupures de courant continuent d'affecter à la fois les secteurs privé et public du pays. Et les capitaines d'industrie insistent pour que le projet d’interconnexion électrique entre le Malawi et le Mozambique démarre. Cette interconnexion est censée permettre au Malawi d'avoir accès au marché du 'Southern Africa Power Pool' (Système d’échanges d’énergie électrique d’Afrique australe - SAPP) par le réseau d’interconnexion du Mozambique avec le Zimbabwe et l'Afrique du Sud.

Mais le gouvernement s'est opposé à l'accord d’échange d’énergie électrique, estimant qu'il sera coûteux, parce que les contribuables devront débourser beaucoup.

Les députés de l'opposition, bien que minoritaires, se sont associés pour demander au président Bingu wa Mutharika de revoir le projet de loi sur l'interconnexion électrique afin qu’il démarre.

Le projet de loi sur l’interconnexion entre le Malawi et le Mozambique stipule que le Malawi importe de l'électricité du barrage de Cahora-Bassa au Mozambique pour éviter des coupures d'électricité à un coût qui était censé être financé par le paquet de 200 millions de dollars de la Banque mondiale pendant quelques années, et plus tard par le Malawi lui-même.

L’accord sur le coût de l’électricité entre les deux pays aurait vu une ligne électrique construite depuis la sous-station de Matambo, au Mozambique, à Blantyre Ouest, au Malawi. Si elle est achevée, de nouvelles lignes transmettraient au moins 200 mégawatts (MW) pour renforcer la fourniture d’énergie électrique du pays.

Les autorités du gouvernement malawien insistent pour soutenir que l’accord d’interconnexion est coûteux.

Au début, le Malawi était censé payer au moins 57 millions de dollars juste pour d'autres éventualités et les coûts associés tandis que le Mozambique aurait payé 46 millions de dollars. Les 57 millions de dollars sont toujours jugés élevés, compte tenu de la détérioration de l'économie basée sur l’agriculture.

Le ministre de l’Energie et des Ressources naturelles du Malawi, Grain Malunga, affirme que c’est trop coûteux.

"Nous avons mis en attente le coût de l'interconnexion électrique afin d'ouvrir la voie à des négociations concernant le montant que les gouvernements de Lilongwe et de Maputo vont partager", déclare Malunga.

Il affirme que ce coût comprend le paiement des lignes de transmission, l'extension du projet à partir de Matambo et d'autres éventualités au Mozambique à Blantyre Ouest, au Malawi.

"Tel que les choses se présentent aujourd’hui, le Malawi est censé payer les coûts de transmission allant de l'érection de poteaux au coût réel de l'électricité. Nous voulons que le Mozambique, en vertu du Système d’échanges d’énergie électrique de la SADC (Communauté de développement d’Afrique australe) joue sa partition", indique Malunga.

"Par conséquent, nous voulons parvenir à un accord avec le Mozambique pour nous assurer que le Malawi est obligé de payer des frais couvrant une distance de 76 kilomètres, de même que le Mozambique doit payer des coûts couvrant 124 kilomètres, conformément au Système d’échanges d’énergie électrique de la SADC", indique Malunga à IPS.

La position de la 'Electricity Supply Corporation of Malawi' (Société d’énergie électrique du Malawi – ESCOM) semble positive dans le sens de l’accord malgré l'objection des gouvernements.

Les responsables de l’ESCOM, en réponse aux questions envoyées par IPS, ont dit que le projet est commercialement et financièrement viable puisqu’il apportera le développement social et économique pour le Mozambique et le Malawi. Mais l'objection du Malawi à l'accord jette un doute sur le développement.

Actuellement, la demande d'électricité au Malawi pour environ 180.000 clients et les secteurs privé et public s'élève à environ 300 MW. Cependant, la capacité de production d’énergie électrique disponible est de 266 MW.

Les responsables de l’ESCOM indiquent que jusqu'à 98 pour cent de l'électricité est obtenue à partir des centrales situées sur le fleuve Shire à Chikhwawa, dans le sud du Malawi. Ceci, à l'exception de la mini-centrale hydroélectrique de Wovwe à Karonga, dans le nord du pays, qui est proche de la Tanzanie. Et les autorités soulignent que le potentiel hydroélectrique du pays est estimé à plus de 1.000 MW.

Selon une étude réalisée par 'Millennium Challenge Account-Malawi' (MCA-M), les projections pour les besoins énergétiques pour 2010, 2015 et 2020 sont de 408 MW, 603 MW et 829 MW respectivement.

Ceci est en ligne avec une enquête réalisée par la 'Malawi Business Climate Survey' (Enquête sur le climat des affaires au Malawi), qui a considéré la fourniture erratique de l'électricité comme étant l'un des défis majeurs du Malawi pour faire des affaires ou attirer l’investissement étranger. (FIN/2011)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>