Inter Press Service News Agency
20:10 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

MALI
La pénurie alimentaire n’affaiblit pas les travaux champêtres
Soumaïla T. Diarra

GWELEKORO, Mali, 29 août (IPS) - Au moment où les travaux champêtres battent leur plein, la plupart des petits paysans du Mali manquent de vivres. Cette crise alimentaire, qui a commencé avant le début de l’hivernage en juillet dernier, se poursuivra jusqu’aux prochaines récoltes en octobre prochain.

Profitant d’une des rares humidités du début du mois d’août, la veuve Kadia Samaké, le regard triste, déambule dans son champ en jetant des poignées de graines d’arachides. Derrière elle, ses enfants, labourant avec une charrue, interrompent parfois les chants d’oiseaux par des cris visant à accélérer le rythme des animaux de trait.

Mais, cette paysanne du village de Gwelekoro, dans le sud du Mali, et ses enfants ont cessé de vivre des produits de leurs champs avant le début de la saison des pluies. «J’ai récemment pris un sac de mil à crédit à la banque de céréales du village pour nourrir mes enfants avec qui je cultive mes champs. Quand je les vois travailler au champ avec le ventre vide, je me sens mal», déclare Samaké à IPS. «Mais ces difficultés vont continuer jusqu’aux prochaines récoltes».

Dans ce village, les dernières récoltes qui ont eu lieu entre octobre et décembre 2010 n’ont pas été bonnes. «L’année dernière, la saison des pluies était bonne jusqu’au moment où les céréales prenaient des épis. Il s’est arrêté de pleuvoir vers la fin de la saison, et les épis n’ont pas eu assez de graines», a-t-elle ajouté.

Environ 500 personnes habitent Gwelekoro, qui se vide en cette période de ses bras valides pendant la journée au profit des travaux champêtres. Pourtant, presque tous les paysans sont obligés d’acheter des vivres. «Aujourd’hui, dans notre village, les paysans qui vivent des produits de leurs champs ne dépassent pas cinq familles. C’est un nombre très limité de personnes qui trouvent de quoi se nourrir pendant toute l’année», a indiqué à IPS, Adama Zan Diarra, un vieil homme habitant Gwelekoro.

Pourtant, le ministre malien de l’Agriculture, Agatam Ag Alassane, a estimé en juin dernier que 2010 a été une bonne année, avec une production de sept millions de tonnes de céréales. Et malgré le retard des pluies en 2011, le pays compte atteindre huit millions de tonnes aux prochaines récoltes grâce à la subvention des intrants agricoles, notamment les engrais et les pesticides.

Mais malgré l’embellie de 2010, l’étendue de la pénurie alimentaire pendant la période des travaux champêtres reste grande. «Plus de 80 pour cent des paysans maliens sont confrontés à une rupture de stock en céréales pendant l’hivernage. Le problème s’accompagne de l’éclatement des grandes familles qui fait éclater les terres», a expliqué à IPS, Oumar Coumaré, responsable du programme semences à l’Association des organisations professionnelles paysannes du Mali (AOPP), une organisation non gouvernementale (ONG) nationale.

Boba Abed-Nego Dackouo, président de l’association paysanne de San, une localité sud du Mali, a affirmé que toutes les dépenses que font les paysans sont liées à l’agriculture: les mariages, la santé, l’éducation et les imprévus. «C’est pour cela que nous finissons les stocks avant l’hivernage», a-t-il dit à IPS.

La rupture de stock en céréales est due à plusieurs causes, dont la mauvaise gestion. Ainsi, l’AOPP et d’autres ONG fournissent des semences précoces aux paysans dans les huit régions du pays et les encadrent. «Nous expliquons aux paysans que ce qu’ils doivent faire dès les premiers jours des récoltes, c’est de garder 250 kilogrammes de céréales pour chaque membre de la famille avant de faire d’autres dépenses ou de distribuer des vivres aux proches de la famille», a indiqué Coumaré.

Les changements climatiques sont aussi pointés du doigt par des spécialistes. Habouré Sissoko, chargé de communication à l’AOPP, a déclaré les saisons de pluies commencent tardivement et finissent tôt. «Au lieu de juin, il pleut en juillet maintenant et les pluies s’arrêtent en septembre. Dans ces conditions, le paysan qui n’est pas bien équipé ne peut pas produire suffisamment pour toute l’année», explique-t-il à IPS. Selon lui, le paysan doit avoir, en plus des outils de travail, des semences adaptées au climat.

Les deux dernières saisons de pluies ont été mauvaises dans le village de Gwelekoro, et les paysans s’inquiètent de leur avenir à cause de la persistance des pénuries. «Pendant l’année 2009, il n’a pas plu au milieu de l’hivernage. Mon champ de riz s’est asséché comme s’il avait été brûlé par le feu; je n’ai pas récolté une seule graine de riz. Si cette situation continue, l’avenir sera compromis pour nos enfants», a déploré la veuve Samaké. (FIN/2011)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>