Inter Press Service News Agency
11:28 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

ENERGIE-MALAWI
Demeurer dans l’obscurité
Claire Ngozo

LILONGWE, 25 août (IPS) - Les efforts du Malawi pour améliorer le commerce et l'investissement dans le pays ont pris un énorme recul suite à une décision punitive du 'Millennium Challenge Corporation' (MCC) - une agence humanitaire du gouvernement américain menant la lutte contre la pauvreté dans le monde.

Le MCC a décidé en effet de suspendre 350,7 millions de dollars destinés à améliorer le secteur de l’énergie défaillant dans ce pays d’Afrique australe.

Les coupures de courant sont fréquentes dans ce pays où les ménages et les entreprises passent jusqu'à six heures d'affilée sans électricité. Une journée passe difficilement sans que l'électricité ne soit coupée et la plupart du temps, cela survient sans un avertissement préalable.

Aujourd’hui, des analystes économiques affirment que les chances du pays pour une croissance des échanges commerciaux ont été ruinées puisque le MCC a annulé sa décision d'améliorer le secteur de l'énergie. La non fiabilité dans la fourniture du courant a toujours constitué un environnement difficile à la fois pour les investisseurs locaux et étrangers.

Le chancelier Kaferapanjira, directeur général de la 'Malawi Confederation of Chambers of Commerce and Industry' (Confédération des chambres de commerce et d'industrie du Malawi), un partenariat entre les entreprises et associations représentant tous les secteurs de l'économie du Malawi, a confié à IPS que l'espoir d’un meilleur secteur de l'énergie a été brisé.

"Les autorités qui sont dans ce pays ne font pas beaucoup pour améliorer la situation. La crise énergétique est aggravée par les autorités locales. Le gouvernement savait depuis le début que le MCC exigerait la bonne gouvernance en échange de l'aide qu'il a promise au Malawi", a déclaré Kaferapanjira.

Le MCC a déclaré, dans un communiqué du 26 juillet, qu'il avait pris la décision de retenir les fonds en raison de l'utilisation de la force par les autorités du Malawi pour empêcher les manifestations pacifiques des 20 et 21 juillet. Des restrictions avaient été également imposées aux médias qui couvraient ces manifestations.

Jusqu'à 19 personnes ont été tuées et 275 arrêtées lors des manifestations organisées contre le président Bingu wa Mutharika, pour protester contre la fréquence des pénuries de carburant, le manque prononcé de devises étrangères, les longues et récurrentes périodes de coupure de courant, et la pénurie d'eau.

Les fonds du MCC, qui étaient censés être utilisés sur cinq ans à partir de 2011, devaient être déployés pour augmenter l'efficacité de la production énergétique existante et améliorer le réseau de transmission et de distribution.

Ces fonds étaient également destinés à appuyer le renforcement des capacités de la 'Electricity Supply Corporation of Malawi' (Société d’énergie électrique du Malawi), le seul fournisseur d'électricité du pays, de la 'Malawi Energy Regulatory Authority' (Autorité de régulation de l’énergie au Malawi), le régulateur de l'énergie, et du ministère des Ressources naturelles, de l'Energie et de l'Environnement – le ministère qui définit les politiques énergétiques.

Le projet visait à réduire les délestages et les pertes techniques, à améliorer la durabilité et l'efficacité de la production hydroélectrique et à renforcer le service aux consommateurs d'électricité. Le MCC a indiqué qu'il faisait cela pour renforcer la productivité dans les secteurs agricole, industriel et des services, et pour soutenir la préservation et la création des opportunités d'emploi dans l'économie.

Le Malawi cherche à améliorer la situation énergétique et est en consultation avec le Mozambique pour un accord d'interconnexion électrique. Cependant, cela demeure un projet; le Malawi est pauvre et dépend des bailleurs de fonds pour les travaux de développement.

Jusqu'à 40 pour cent du budget national du Malawi viennent des bailleurs de fonds et 80 pour cent du budget de développement du pays provenaient de la 'Common Approach to Budget Support' (Approche commune à l'appui budgétaire), qui comprend un financement de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, de la Banque africaine de développement, de la Norvège, de l'Union européenne et de la Banque mondiale.

Les gouvernements britannique et allemand refusent déjà de décaisser jusqu'à 400 millions de dollars, accusant les autorités du Malawi de dictature et de refus de respecter l’Etat de droit.

Kaferapanjira a dit que c'est désormais l'incertitude dans le monde des entreprises sur la façon dont elles continueraient à tourner sans une alimentation électrique fiable.

"En tant que pays, nous reculons. Nous sommes confrontés à des insuffisances (pour satisfaire) les besoins d'importation parce que l'industrie de transformation (ne peut pas) fonctionner au mieux de ses capacités à cause de fréquentes coupures de courant", a souligné Kaferapanjira.

Les fréquentes pannes de courant coûtent au pays 215,6 millions de dollars par pour les affaires et les pertes de production industrielle, selon Kaferapanjira.

John Kapito, directeur exécutif de la 'Consumers Association of Malawi' (Association des consommateurs du Malawi), une organisation non gouvernementale locale qui protège et fait la promotion des intérêts des consommateurs, a déclaré à IPS que les consommateurs se sentent déçus par leur propre gouvernement d’avoir agi d'une façon qui a mis le secteur de l'énergie en danger.

"L'argent du MCC venait comme un soulagement tant nécessaire pour les consommateurs et le monde des affaires. Nous étions tous impatients d’accroître le commerce et d’avoir des prix moins élevés pour les consommateurs puisque nous avons prévu que les prix des matières premières seraient réduits en raison de la disponibilité de l'énergie. Nous nous sentons aujourd'hui déçus par notre propre gouvernement", a ajouté Kapito. (FIN/2011)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>