Inter Press Service News Agency
22:55 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

AGRICULTURE-OUGANDA
L’urine résout un problème
Wambi Michael

KAMPALA, 11 oct (IPS) - Confrontés à une forte baisse de la fertilité du sol et, par conséquent, à un faible rendement agricole, les agriculteurs ougandais se sont tournés vers l’urine humaine pour enrichir leur sol.

Les scientifiques ont constaté que l’urine est une excellente source d’azote, de phosphore et de potassium, des éléments qui sont tous essentiels pour la santé de la plante et pour la résistance à la maladie. Ils déclarent que l’utilisation de l’urine comme engrais aidera à réhabiliter les sols érodés et endommagés du pays.

L’utilisation de l’urine humaine est également beaucoup moins chère que celle des engrais chimiques. Ceci est un plus pour les petits agriculteurs du pays qui manquent souvent de moyens financiers pour l’achat d’intrants agricoles. En Ouganda, un sac de 50 kilogrammes d’engrais coûte la coquette somme de 70 dollars, alors que l’urine ne coûte...rien.

Qui ne risque rien...

L’idée d’utiliser l’urine comme engrais liquide a été initialement promue par 'Ecological Sanitation' (Assainissement Ecologique - EcoSan), un fabricant international de toilettes sèches, respectueuses de l’environnement, à travers la Croix rouge ougandaise. Les toilettes de EcoSan séparent l’urine des fèces dans des compartiments séparés pour qu’elles puissent être réutilisées comme engrais liquide et comme fumier.

Mais puisque la croix rouge ne peut sponsoriser qu’un nombre limité de telles toilettes qui coûtent entre 320 et 1500 dollars, la plupart des Ougandais – qui gagnent en moyenne environ 300 dollars par an, selon le Fonds monétaire international – ne peuvent pas avoir les moyens d’acheter les leurs.

Mais les agriculteurs dans plus de 30 districts de l’Ouganda ont trouvé une alternative: ils font simplement pisser tous les membres de leur famille dans des sceaux ou des bidons pour recueillir l’urine.

Rose Nabirye, une agricultrice originaire de Mayuge, à l’est de l’Ouganda, déclare qu’elle doutait au début et qu’elle pensait que l’engrais à base d’urine n’était pas hygiénique, mais que lorsqu’elle l’a essayé, elle a été très satisfaite des résultats.

"Maintenant, j’ai des récipients derrière ma latrine à fosse pour recueillir de l’urine chaque matin et chaque soir. Je la stocke ensuite dans des récipients fermés pendant environ une semaine et je la verse sur le fumier, lequel j’utilise dans le jardin", explique-t-elle.

...n’a rien

Nabirye déclare que le fumier trempé d’urine, en plus de l’engrais liquide, l’a aidée à augmenter ses rendements de maïs et de légumes.

Steven Nabuyaka, un agriculteur de légumes dans le district de Bududa à l’est, raconte comment il dépensait environ 20 dollars chaque saison agricole pour acheter quelques kilos d’engrais pour son jardin d’oignon jusqu’à ce qu’il apprenne qu’il pourrait plutôt utiliser de l’urine.

Il déclare qu’une fois que les organisations d’assistance comme la Croix rouge et l’organisation catholique de charité CARITAS ont commencé à éduquer les petits agriculteurs sur l’engrais à base d’urine humaine, les nouvelles se sont répandues rapidement de bouche à oreille à travers les communautés agricoles du pays.

"Je l’ai essayé et ça marche", déclare Nabuyaka avec plaisir. "La saison dernière, je n’ai pas acheté d’engrais du marché, et le rendement était bon. Je l’ai essayé sur les bananes et les résultats sont prometteurs".

Il a aussi constaté que l’urine aide à lutter contre les ravageurs, surtout au niveau des bananiers.

L’engrais essentiel

Pour Nabuyaka, l’engrais à base d’urine est pour la plupart des agriculteurs la première occasion viable pour nourrir leur terre. L’Ouganda a l’un des niveaux les plus bas en utilisation d’engrais en Afrique.

Selon une étude de 2006 réalisée par le ministère national de l’Agriculture, l’Ouganda utilise seulement 0,37 kilogramme d’éléments fertilisants par hectare, contre six kilogrammes par hectare en Tanzanie, 16 kilogrammes par hectare au Malawi, 31,6 kilogrammes par hectare au Kenya et 51 kilogrammes par hectare en Afrique du Sud.

Comme cause, l’étude a identifié des prix élevés d’engrais, de faibles niveaux de distribution d’engrais dans les régions rurales et la perception des agriculteurs selon laquelle les sols de l’Ouganda n’ont pas besoin d’être réapprovisionnés.

Pourtant, le contraire est vrai: l’épuisement des nutriments du sol et l’érosion ont été des problèmes majeurs en Ouganda depuis des décennies et ils ont conduit à la dégradation importante des terres agricoles et à l’insécurité alimentaire. Comme les agriculteurs se battent pour nourrir la population en pleine expansion, le sol s’appauvrit en nutriments à un rythme alarmant.

Professeur Matete Bekunda, un pédologue à la faculté des sciences de l’Agriculture à l’université de Makerere à Kampala, confirme que la productivité agricole en Ouganda est demeurée stagnante surtout en raison du faible contenu nutritionnel du sol.

Il déclare qu’un problème majeur est que les agriculteurs ne mettent plus la terre en jachère pendant une saison pour lui donner une chance de récupérer une partie de sa fertilité. "La pression de la population les oblige maintenant à produire récolte après récolte, saison après saison. Ceci prend au sol les nutriments sans le réapprovisionner. Donc, l’aliment produit par le sol infertile sera peu", explique-t-il.

Selon un rapport du Programme des Nations Unies pour les établissements humains de 2009, l’Ouganda a un taux de croissance démographique de 3,3 pour cent comparé à la moyenne mondiale de 1,1 pour cent. Environ 80 pour cent de la population compte sur des ressources comme la terre et les lacs pour leurs moyens d’existence.

Les experts agricoles comme Bekunda espèrent que l’utilisation de l’engrais à base d’urine serait une façon d’améliorer lentement une partie de la situation, la dégradation de la terre. (FIN/2010)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>