Inter Press Service News Agency
11:35 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

Q&R
''Des espèces bougent vers le sud''
Interview avec Léonie Joubert

JOHANNESBURG, 4 juil (IPS) - Pour l'auteur sud-africain Léonie Joubert, le réchauffement mondial est un problème à la base -- littéralement.

Dans son livre récemment publié et intitulé 'Brûlé : Le changement climatique de l'Afrique du Sud', elle retrace comment les changements climatiques affectent la vie des abeilles, des grenouilles et d'une multitude d'autres créatures et plantes dans le pays. Le livre a obtenu cette année un prix honorifique des prestigieux Prix littéraires de 'Sunday Times'.

Le correspondant de IPS Moyiga Nduru a eu un entretien avec Joubert pour en savoir plus sur comment elle, selon ce qui est écrit sur le site Internet de 'Brûlé', a donné une ''couleur locale à un problème mondial''.

IPS: Le titre de votre livre implique que l'Afrique du Sud devient plus chaude et plus sèche. Quelles sont les parties du pays que vous pensez être les plus touchées?

Léonie Joubert (LJ): La prévision pour le futur est que si vous divisez le pays à partir du nord en deux, l'ouest deviendra plus chaud et plus sec. L'est deviendra plus chaud et plus humide. Cela veut dire que nous aurons plus de pluies torrentielles pendant une courte durée. Cela signifie également que nous aurons moins d'eau qui s'infiltrera dans le sol.

L'Afrique du Sud a toujours connu des vagues de chaleur, l'inondation et la sécheresse. Des climatologues prédisent que ces trois phénomènes se produiront plus souvent, avec une plus grande intensité. Prenez par exemple la récente sécheresse qui a influé sur la production de maïs de l'Afrique du Sud. Beaucoup de gens disent que c'était la pire en 40 ans.

Depuis 1960, l'Afrique du Sud s'est réchauffée à 0,5 degré. Il existe une tendance générale selon laquelle il y a des jours plus chauds et peu de jours plus frais en Afrique du Sud.

IPS: Et comment cela affecte-t-il les écosystèmes?

LJ: Le désert est en train de bouger vers le sud à partir de la Namibie. Des savants ont toujours averti, en théorie, que des espèces iront vers le pôle ou vers de plus hautes altitudes en cas de changement climatique. Ceci se réalise actuellement dans certains cas... Des espèces bougent vers le sud.

L'arbre au carquois est en train de mourir dans le nord de la Namibie. Les mêmes arbres sont dans le Cap du Nord (une province de l'Afrique du Sud). Ils ne sont pas encore touchés.

Ensuite, la menace pèse sur le 'Cape Floral Kingdom' (Royaume floral du Cap) et sur la région de la 'Succulent Karoo' (Plante grasse Karoo), qui abritent des espèces uniques. A moins que nous nous attaquions aux effets du changement climatique, les scientifiques ont prévenu que 50 pour cent des espèces de fynbos (des plantes de ''belle brousse'', chez les Afrikaans -- qu'on trouve dans le royaume) seront perdues d'ici à un siècle -- et que toutes les espèces dans la région de la 'Succulent Karoo' seront perdues d'ici au siècle prochain.

Ceci implique que le Cap occidental (la province) pourrait se transformer en désert. Si cela arrivait, il aurait des répercutions sur l'agriculture. Le Cap occidental représente 50 pour cent des exportations de l'Afrique du Sud. Ce pays produit 50 pour cent du maïs de l'Afrique australe –- qui est la nourriture de base. Cette situation influera sur la sécurité alimentaire dans la région.

Les collectivités rurales seront les plus durement touchées. Des agriculteurs pauvres seront incapables d'amortir le choc environnemental... L'Afrique est considérée comme l'un des continents les plus vulnérables au changement climatique.

IPS: Au cours de vos recherches, avez-vous constaté que le gouvernement et les communautés sont suffisamment conscients de ces événements -- ou y a-t-il encore une ignorance générale dans ce domaine?

LJ: Le gouvernement est en train de prendre la question au sérieux. Le problème est que la mise en place des politiques pour s'attaquer au changement climatique prend du temps. Nous devons aussi nous engager dans des campagnes de sensibilisation publiques.

IPS: A quel point l'Afrique du Sud émet-elle des gaz à effet de serre communément supposés être à l'origine du changement climatique?

LJ: L'Afrique du Sud produit 1,25 pour cent des gaz à effet de serre du monde. Comparé aux Etats-Unis, à l'Europe et à la Chine, ce pourcentage est petit; mais, les émissions de gaz à effet de serre de l'Afrique du Sud sont 3,5 fois plus élevées que la moyenne pour les pays en développement.

Si nous continuons sur la même lancée, nos émissions de gaz à effet de serre quadrupleront d'ici à 2050. Le gouvernement d'Afrique du Sud doit aider les communautés vulnérables. Il doit penser à la croissance économique de telle sorte que les émissions n'augmentent pas comme elles le font actuellement.

IPS: Qu'est-ce qui peut être fait?

LJ: Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire, y compris l'utilisation de l'énergie renouvelable. Si nous pouvons produire une technologie pour rendre la houille plus propre, ceci nous aidera. Mais une technologie pour capter le carbone de la houille avant qu'il ne pénètre dans l'atmosphère, n'est pas pour bientôt. (FIN/2007)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>