Inter Press Service News Agency
18:04 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

AFRIQUE DE L'OUEST
S’unir pour sauver les écosystèmes aux frontières communes
Ousseini Issa

NIAMEY, 30 juin (IPS) - ‘’La dégradation des terres est avancée dans les bassins transfrontaliers du Niger et du Nigeria à telle enseigne qu’elle handicape les économies locales et régionales et accroît la vulnérabilité des populations rurales’’, déclare à IPS, Souley Aboubacar, coordonnateur nigérien d’un nouveau programme commun de sauvegarde des écosystèmes menacés.

Tous les spécialistes interrogés par IPS dans le cadre de cet article sont unanimes à reconnaître que ces écosystèmes sont aujourd’hui menacés de disparition du fait de la forte pression des hommes sur les ressources naturelles, ce qui a donné comme conséquence une accélération de la dégradation des terres, une pénurie de terres cultivables et la rareté des aires de pâturage au niveau des régions transfrontalières.

Originaire de Douchi, un village du nord du Nigéria, frontalier le Niger, Mallam Tchiari Assouman, peut aujourd’hui être présenté comme une victime de cette dégradation des terres aux frontières du Nigéria et du Niger. Autrefois agriculteur et propriétaire d’un champ de 1,5 hectare devenu improductif, il a dû immigrer vers Niamey, la capitale nigérienne, où il vend aujourd’hui du poivron pour survivre.

‘’Le champ que j’exploitais à Douchi ne me rapportait plus grand chose. C’est à peine si j’en ai tiré quatre sacs de 100kg de mil au cours de ma dernière campagne alors qu’auparavant, j’en tirais jusqu’à 15 sacs’’.

La situation n’a guère été meilleure pour Madou Boukary, originaire de Diffa, dans le sud du Niger. En dépit de la dégradation évidente des sols de son village, il a décidé d’y rester, mais a été contraint de changer de culture. Il a abandonné son champ de mil pour s’adonner exclusivement à la culture du poivron.

‘’A quoi bon continuer d’exploiter une terre qui ne me rapporte même pas cinq bottes de mil à la récolte ?’’, explique-t-il à IPS au téléphone.

Ce sont quatre grands bassins fluviaux frontaliers du Niger et du Nigeria qui subissent les affres de la dégradation, raison de la mise en route par les deux pays d’un projet intitulé ‘’Projet de gestion intégrée des écosystèmes’’ (PGIE) des régions transfrontalières en vue d’assurer la conservation, l’utilisation durable et le partage équitable de leurs ressources naturelles.

La mission du PGIE est de freiner le processus de désertification, faire régénérer les écosystèmes et créer les conditions de leur meilleure exploitation par les populations des régions transfrontalières partageant les quatre bassins fluviaux.

Les quatre bassins concernés par le projet sont ceux de la Komadougou Yobé, du Tagwaï-El Fadama, du Gada-Goulbi, et de la Maggia-Lamido, rapporte Emmanuel Oladipo, coordonnateur régional du projet auprès de la Commission mixte nigéro-nigériane de coopération à Niamey.

Les bassins couvrent une superficie de 102.627 kilomètres carrés et traversent les Etats du Borno, du Yobé, de Gigawa, de Katsina et de Sokoto, au Nigeria, et les régions de Tahoua, Diffa, Zinder et de Maradi, au Niger.

Le projet sera exécuté dans 24 villages pilotes dans les deux pays, et touchera une population totale de 12.360.364 habitants, essentiellement des agriculteurs et des éleveurs.

Les populations seront directement impliquées dans la mise en œuvre du projet à travers des actions comme la restauration des terres dégradées, la gestion et la conservation de la biodiversité, affirme Oladipo: ‘’Ces régions regorgeaient d’une mosaïque d’écosystèmes avec une biodiversité variée, une flore constituée d’environ 400 espèces adaptées à l’environnement sahélien’’.

La situation transfrontalière a notamment provoqué une aggravation de la pauvreté des populations des régions, et engendre souvent des frictions intercommunautaires autour de l’exploitation des maigres ressources naturelles restantes, renchérit Seidou Amadou, conseiller technique principal du PGIE.

Il est attendu de la mise en œuvre de ce projet une amélioration de 10 pour cent des revenus des ménages de la zone d’intervention, la réhabilitation de 48.000 hectares de terres dégradées, une meilleure gestion et conservation de la biodiversité sur 4.800 kilomètres carrés, et une réduction du taux de sédimentation dans les bassins de l’ordre de 35 pour cent, indique le document de cadrage du projet.

Aboubacar chiffre le coût global du projet à 29 millions de dollars. Il est conjointement financé par le Fonds pour l’environnement mondial, puis les deux pays bénéficiaires, le Niger et le Nigeria.

‘’D’ici à la fin du projet, en 2013, nous attendons également des populations la maîtrise, par au moins 50 pour cent d’entre elles, des bonnes pratiques de gestion des ressources naturelles’’, précise Oladipo.

Selon Aboubacar, ce projet, dont les phases préliminaires viennent de finir, et qui entre en ce mois de juin dans sa phase de terrain, ‘’traduit la volonté politique des autorités des deux pays de garantir un partage équitable et une meilleure gestion des ressources naturelles dans les quatre bassins fluviaux communs". (FIN/2007)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>