Inter Press Service News Agency
17:45 GMT    
   Accueil
   Afrique Australe
   Afrique Centrale
   Afrique de l'Est
   Afrique
            de l'Ouest
   Droits de
            l'homme
   Développement
   Environnement
   Population
   Santé
   Education
   Finance
   Politique
   Energie
   Culture
 
 
   ENGLISH
   ESPAÑOL
   FRANÇAIS
   ARABIC
   DEUTSCH
   ITALIANO
   NEDERLANDS
   PORTUGUÊS
   SUOMI
   SVENSKA
   SWAHILI
   TÜRKÇE
RSS / SML
PrintSend to a friend

POLITIQUE-BENIN
Les femmes risquent d'être sous-représentées au prochain parlement
Reine Azifan

COTONOU , 31 mars (IPS) - Pour la cinquième fois depuis le renouveau démocratique en 1990, le Bénin organise ce samedi, 31 mars, des élections législatives pour lesquelles environ 500 femmes sont positionnées sur 26 listes, sur un total de plus de 4.000 candidats appartenant à des partis ou alliances de partis en lice.

Sur les 4.000 candidats, quelque 2.000 sont titulaires dont environ 250 femmes, tandis que l'autre moitié est composée de leurs suppléants. Selon des analystes politiques, la faible présence de femmes candidates ainsi que leur mauvais positionnement sur les listes des partis ou alliances de partis, présage encore de leur sous-représentation dans la prochaine Assemblée nationale.

Pourtant, les femmes représentent environ 52 pour cent des quelque sept millions d'habitants que compte le Bénin, un pays d'Afrique de l'ouest, selon des statistiques officielles.

Selon la Commission électorale nationale autonome, l’institution officielle chargée de l'organisation des élections législatives, 26 listes de partis ou alliances de partis sont inscrites pour la conquête des 83 sièges de députés de la cinquième législature.

Une cinquantaine parmi les femmes candidates sont têtes de liste, mais elles sont, pour la plupart positionnées dans des circonscriptions où elles ont très peu de chances de se faire élire face à d'autres candidats plus populaires. Les analystes estiment que les femmes servent plutôt et surtout de bouche-trous sur certaines listes, et elles ne se sont même pas dérangées pour battre campagne.

Toutefois, certaines candidates têtes de liste, qui se présentent pour la première fois aux législatives, se démarquent nettement du lot et ont mené une campagne électorale tambours battants. Parmi elles, figure notamment Claudine Prudencio, une des candidates tête de liste de l'Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP), dans la 6ème circonscription électorale, à Abomey-Calavi, dans le sud du Bénin. Elle a jeté son dévolu sur l'électorat composé des femmes et des jeunes.

Tout au long de sa campagne, cette dame magistrate s'est engagée à œuvrer pour l'épanouissement des femmes et des jeunes. Avant d'être candidate, elle s'était illustrée dans la circonscription par la réalisation de plusieurs œuvres sociales au profit des populations. L'une des candidates les plus médiatisées durant la campagne électorale, Prudencio apparaît aujourd'hui comme une battante qui a des chances de tirer son épingle du jeu au soir du 31 mars, selon des observateurs à Cotonou.

Autre candidate tête de liste à Cotonou, la capitale économique béninoise, pour le compte du même parti UNDP, Anne Cica Adjaï est une femme bien connue des Béninois pour avoir dirigé, pendant dix ans, la Cellule de moralisation de la vie publique, une structure de lutte contre la corruption mise en place sous le précédent régime. Elle a déclaré, pendant sa campagne, que le vote d'une loi contre l'enrichissement illicite et la corruption sera son principal combat au parlement.

A l'opposé de Prudencio, une avocate Rosine Vieyra Soglo, présidente du parti La Renaissance du Bénin et épouse de l'ancien président Nicéphore Soglo, est candidate de l'Alliance pour une dynamique démocratique (ADD). Contrairement aux autres années, elle n'était pas en première ligne au cours de la dernière campagne électorale. Députée au parlement depuis 12 ans, l'ex-première dame du Bénin est une habituée des joutes électorales et n'a probablement rien à craindre dans la 16ème circonscription, à Cotonou, où elle est positionnée tête de liste, et considérée comme un des fiefs de son parti.

Dans d'autres circonscriptions électorales comme la 19ème qui regroupe la capitale Porto-Novo et d'autres villes secondaires du sud-est du pays, une autre femme tête de liste, Sofiath Shannou, a fait beaucoup parler d'elle pendant la campagne. Elle est candidate sur la liste des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), soutenue par le nouveau président béninois Boni Yayi. Cette opératrice économique dispute les électeurs de la 19ème circonscription avec Ibatou Glèlè, une autre femme d'affaires bien connue, positionnée par le Parti du renouveau démocratique (PRD), une formation de l'opposition.

Grâce Dotou, une troisième candidate tête de liste de l'Alliance ensemble pour le changement (AEC), dans la 19ème circonscription, affirme qu’elle mettra en difficulté les habitués de la course pour le parlement. Institutrice à la retraite, elle dirige une troupe féminine de théâtre et s'est illustrée, ces dernières années, dans la lutte pour un environnement sain à travers le recyclage des sachets plastiques abandonnés dans la nature.

Quoique candidates pour la première fois, ces trois dames têtes de liste ont des chances de siéger au parlement béninois compte tenu de leur personnalité individuelle et du poids de leurs partis politiques respectifs dans la 19ème circonscription électorale.

L'autre candidate qui suscite un intérêt particulier est Célestine Zanou, tête de liste du Congrès du peuple pour le progrès (CPP) dans la 9ème circonscription électorale, à Savalou, dans le centre du Bénin. Ancienne candidate à l'élection présidentielle de 2006, elle estime que sa candidature pour les législatives s'inscrit dans la poursuite du combat qu'elle a engagé depuis un an. "Il y a des combats qu'on n'abandonne pas", déclare Zanou. "Nous voulons gagner, avec ceux qui souffrent, la bataille du mieux vivre, du mieux penser, du mieux agir, bref, la bataille du sens des valeurs".

Abordant la question de la sous-représentation des femmes en politique, Zanou affirme que "c'est un fait; et pourtant, il est prouvé que la mixité enrichit la vie politique". Cependant, la candidate du CPP dit qu'elle ne veut pas faire de la politique avec seulement les armes du féminisme et de la parité. "Notre force est ailleurs : dans l'expérience, dans les valeurs, dans les résultats et dans les actes" souligne-t-elle. L'ex-directrice de cabinet de l'ancien président Mathieu Kérékou promet de surprendre dans ces élections.

Pour Amèvo de Campos, un homme candidat de l'AEC dans la 19ème circonscription électorale, les "femmes font partie du décor, les politiciens veulent bien d'elles comme paravent pour attirer les électeurs". Ce candidat reconnaît que les politiciens ne se préoccupent pas réellement de ce que vivent les femmes ni de leur positionnement dans la sphère de prise de décision. Au sein des partis politiques, explique-t-il à IPS, c'est souvent une ou deux personnes qui règlent le problème de positionnement sur les listes.

"Déjà les hommes ont des difficultés avec les responsables du parti pour bien se positionner, donc c'est encore plus difficile pour les femmes", De Campos. Tout en reconnaissant les efforts que déploient, de nos jours, les femmes pour s'investir dans la politique, il regrette que les choses se passent comme on le constate aujourd'hui : "On positionne les candidats, y compris les femmes, en fonction de leur position sociale, de leurs moyens ou simplement pour servir de bouche-trous sur la liste".

Sur les six femmes députées que comptait la quatrième législature finissante, cinq se sont représentées à nouveau pour se faire renouveler leur mandat, dont Rosine Soglo. (FIN/2007)

 

 

 

  Dernières Nouvelles
News in RSS
DEVELOPPEMENT: Nous devons penser autrement à la "sécurité"
AUSTRALIE: Le port de Newcastle bloqué par les Guerriers du changement climatique
IRAN: L’examen d’un document clé à l’AIEA suggère un coup d’Israël
PAKISTAN: Les Ahmadis confrontés à la mort ou à l’exil
ETATS-UNIS: Le budget de la défense peut accroître alors que le public est fatigué de la guerre
OPINION: Il faut l’innovation pour aider les fermes familiales à prospérer
CISJORDANIE: Israël envisage une expulsion massive des Bédouins de la région
ENVIRONNEMENT: Le bambou pourrait être un sauveur face au changement climatique
ETHIOPIE: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte
AFRIQUE: Evaluer comment le changement climatique affecte la sécurité alimentaire
More >>